.

Caprices
José Drevon / Guillaume Dujardin / Maxime Kerzanet

De José Drevon / Mise en scène de Guillaume Dujardin / Avec Maxime Kerzanet / En coproduction avec la Compagnie Mala Noche (Besançon)
Lire la suite ...

L’œuvre de Francisco Goya m’a toujours fasciné.

En particulier ses gravures. Ces gravures réalisées la nuit, dans le secret de son grenier.

Le jour, il était peintre officiel, répondait à des commandes. La nuit, il laissait libre cours à son imagination. Le rationalisme de la journée était balayé par les sorcières de la nuit. Tout devenait possible, rien ne devait être justifié. Un seul mot d’ordre : l’imagination, le fantasme.

Alors, il gravait. Sans discontinuer. Et à travers ses coups de burin, à force de creuser ses sillons, il se racontait. Il racontait ses cauchemars, sa vie réelle et fantasmée, ses idées impossibles à exposer. Le geste devenait frénétique, nécessaire. Il apprenait la liberté.

Cette liberté nous la découvrons dans cette série de Gravures qu’il a nommée Los Caprichos : Caprices. Caprices comme espace de liberté, endroit où tout devient possible.

GD.