.

Chroniques d’un suprasensuel
Raphaël Patout / Pearl Manifold, Pierre-François Doireau

Adaptation de La Vénus à la Fourrure / De Léopold von Sacher Masoch / Adaptation et mise en scène de Raphaël Patout / Avec Pierre-François Doireau et Pearl Manifold / En coproduction avec La Chambre Noire Théâtre
Lire la suite ...

Mise en scène :
Avec : ,
Edition(s) du festival :

 

Adaptation de La Vénus à la fourrure

De Léopold von Sacher Masoch
Adaptation et mise en scène de Raphaël Patout
Avec Pierre-François Doireau et Pearl Manifold
En coproduction avec La Chambre noire Théâtre

 

« Je meurs de honte et de désespoir. Et le plus ignominieux est que je ressens une sorte de plaisir fantastique et suprasensuel dans cette situation pitoyable, livré au fouet d’Apollon et bafoué par le rite cruel de ma Vénus. »

L’Amour est sacrificiel, une forme du suicide altruiste. Dans notre société, les pratiques sadomasochistes paraissent appartenir à un seul et même ensemble, à un même fantasme. Dans La Vénus à la fourrure, Léopold von Sacher Masoch nous fait part de son rêve d’Amour absolu. Dans celuici, il y a quelque chose d’inadmissible, d’incompréhensible. Il nous inquiète. Il nous plonge dans un abîme: celui de la Passion qui fait que l’on donne Tout à l’Autre. Mettre en scène ce texte aujourd’hui ? Il y a une véritable portée politique dans cette idée de soumission absolue. La possibilité d’une Re/naissance permettant de poser les fondements d’un nouvel Humanisme.

Raphaël Patout

  • 2.4K
    Shares