.

Le salut de Narcisse
Raphaël Patout / Léopoldine Hummel, Pierre-François Doireau

D'après Ovide, Gide, Dante / Une proposition de Raphaël Patout / Avec Pierre-François Doireau et Léopoldine Hummel
Lire la suite ...

Mise en scène :
Avec : ,
Edition(s) du festival :

D’après Ovide, Gide, Dante

Une proposition de Raphaël Patout

Avec Pierre-François Doireau et Léopoldine Hummel

Avant de voir son reflet, Narcisse est un « je » sans ego. Il ne se réfléchit pas et n’a pas de figure. Il n’est pas encore né. Il ne peut définir les contours de son âme, trouver ses limites. Il n’a pas de corps. Comment peut-il alors s’abandonner à l’Amour, en accueillant en particulier celui des Nymphes ? Comment peut-il alors se confronter à l’Autre et au Monde puisqu’il est dans la confusion la plus totale ? Avant le miroire, Narcisse n’est pas sujet de lui-même : incapable de désirer, il ne peut pas passer à l’Acte. Un jour, dans la posture que tout le monde connaît, face au miroir de l’eau, Narcisse s’altère. Il souffre. Il prend conscience de son incomplétude et devient mélancolique. Il pleure et trouble son image-reflet. Désirant et objet-désiré, il incarne son « je », il découvre son être, sa mort.

Dès lors, jusqu’au point final, Narcisse est un sujet en sur-vie. Que voit-il exactement dans le miroir ? Celui-ci n’est-il qu’une surface plane ? N’y-a-t’il rien derrière ? Les images qui s’y réflechissent ne sont-elles que des reflets inconséquents ? Ou alors, développent-elles une vie autonome ? S’articulent-elles entre elles pour former la trame d’une étoffe voilant la Vérité ? Ou tentent-elles invariablement de déchierr ce que nous cache celle-ci ?

Et si Narcisse parvenait à basculer de l’autre côté du miroir, n’y trouverait-il pas une forme de Salut, et n’y deviendrait-il pas souverain comme Alice ?

Le Salut de Narcisse prendra la forme d’un poème composé par anthropophagie littéraire. Ovide, Gide, Breton, Agamben, Dante, Rousseau s’entremêleront afin de rendre manifeste poétiquement en quoi l’expérience tragique du miroire s’inscrit dans un programme poursuivant conjointement une forme de Salut individuel et collectif.

 

Raphaël Patout