.

Les ténèbres du dedans
Manon Falippou / Manon Falippou, Maxime Kerzanet

Mise en scène de Manon Falippou / Avec Maxime Kerzanet et Manon Falippou / En coproduction avec la Compagnie d'Or et d'Airain (Besançon)
Lire la suite ...

Mise en scène :
Avec : ,
Edition(s) du festival :

Quand il s’agit de raconter un cauchemar, je me retrouve face à cette limite du langage, de l’image, ou encore de la mémoire. Comme si le cauchemar devait toujours nous échapper.

Ce n’est pas cette incapacité à – qui me pousse à travailler sur et avec eux, mais cette possibilité au sein des caves de dialoguer avec eux. De tenter de leur donner un cadre. Et surtout de leur rendre leur théâtralité. / La terreur, l’horreur, les hallucinations provoqués par eux, me conduisent, me poussent à les mettre au-dehors. À l’extérieur. / Sortir de sa tête.

Extrait du journal de M. / Rêve de la nuit du 6.10.15

(…) je me retrouve ensuite… dans une sorte de vestiaire.  … Je me regarde dans le miroir. Euh… j’applique une sorte de pâte sur mon visage mais la la pâte a… la pâte a péri… elle a moisi si bien qu’elle est tellement épaisse et chargée… que mon visage commence à, des morceaux de mon visage commence à tomber, à peler. Alors je suis obligée de gratter très très très très fort. J’ai le visage euh noir… noir, jaune euh… bleu, rouge un petit peu… Toutes ces… toutes ces couleurs mêlées (…)

Extrait du journal de M. / Rêve de la nuit du 11.10.15

(…) je… je me souviens que je… tabasse quelqu’un. Très fort. Je ne sais pas qui c’est. Mais je lui prends la tête et je la… je la… je lui explose la tête contre un coin de table mais je, ça ne lui fait absolument rien et plus je vois que ça lui fait rien plus je… je j’essaye de lui, de lui casser le crâne en… en lui prenant la tête et en la, et en la tapant comme ça sur un coin de table. Voilà (…)