.

Vénus et Adonis
William Shakespeare / Charly Marty / Anaïs Mazan

D'après Shakespeare, Ovide, La Fontaine... / Mise en scène de Charly Marty / Avec Anaïs Mazan / Costumes de Sigolène Pétey
Lire la suite ...

Mise en scène :
Avec :
Edition(s) du festival :

D’après Shakespeare, Ovide, La Fontaine,…

Mise en scène de Charly Marty

Avec Anaïs Mazan

Costumes de Sigolène Pétey

 

Vénus, « malade d’amour » pour Adonis, tente inlassablement de séduire ce jeune chasseur qui reste froid à son désir et à ses prières. Il sera tué dans

la fleur de l’âge par un sanglier. De sa mort naitra une fleur : l’anémone, dont la durée de vie est éphémère, comme celle du jeune homme. Pour dire ce désir, le dramaturge nous balade au détour d’excessives métaphores dans un langage lyrique, drôle, charnel… et Vénus devient l’héroïne d’une tragédie shakespearienne. En 1592, la peste oblige les théâtres de Londres à fermer leurs portes.

« L’absence de l’autre – Adonis qui se dérobe, le public qui fait défaut au dramaturge – pourrait être (…) sujet du poème et condition concrète de sa production.» Vénus comme Shakespeare seraient donc animés par le désir de toucher l’oreille et le coeur de l’Autre. Ces tentatives sont aussi celles d’un comédien pour atteindre un spectateur… »

Comment jouer un poème ? Comment le transmettre ? Comment en faire théâtre ? Vénus et Adonis sont en quelque sorte des personnages, mais il y en a aussi un troisième, c’est Shakespeare, ou plutôt le narrateur qui prend une part ludique, subjective à l’histoire, il la commente, la dessine, il se mêle parfois étrangement aux personnages. Nous avons voulu travailler ce poème pour le faire déguster aux spectateurs – tout comme on peut déguster un vin –, avec ce plaisir à découvrir des choses cachées, apprendre où la vigne a poussé, sous quel soleil ses grappes ont mûri et surtout les goûts, arômes et senteurs qu’il peut suggérer au palais… La mythologie nous raconte les passions humaines. Il en est de même pour le théâtre. Ici ce sont les Adonies, un culte tenu exclusivement par des femmes : après avoir fait germer des graines dans de petits jardins éphémères symbolisant la mort prématurée d’Adonis, elles se lamentent sur le sort tragique des deux amants. Ces fêtes bruyantes et enivrantes célèbrent l’éphémère… Le spectacle sera une grande digression dans laquelle nous dégusterons le poème, nous le passerons au révélateur, nous le disséquerons pour mieux l’apprécier.

Charly Marty et Anaïs Mazan

  • 1
    Share