Jean-Michel Potiron
Metteur en Scène

Lire la suite ...

14 ème édition (2019) /


 

Metteur en scène permanent au Festival de Caves depuis 2013

Directeur du Théâtre à tout Prix, metteur en scène, comédien, vit à Besançon.

De 1991 à 1999 (période du théâtre à textes), Jean-Michel Potiron est associé à l’Espace Scène Nationale de Besançon où il collabore en tant que metteur en scène. Dans le même temps, il séjourne au Théâtre de la Cité Internationale de Paris de janvier à septembre 1994, au Théâtre-Ecole d’Art Dramatique de Moscou (dirigé par Anatoli Vassiliev) en juin et juillet 1998. En 1999, il est associé à l’Académie Expérimentale des Théâtres de Paris (dirigée par Michelle Kokosowski) à l’occasion du Laboratoire européen de mise en scène sur l’œuvre de Pier Paolo Pasolini à Paris et à Bruxelles. Durant ces premières années, Jean-Michel Potiron a notamment mis en scène : Le monte-plats de Harold Pinter (1991), Kiki l’indien de Joël Jouanneau (1993-1994), Violences Corps et Tentations de Didier-Georges Gabily (1995), Andromaque de Jean Racine (1995), Aglavaine et Sélysette de Maurice Maeterlinck (1997), Hercule Furieux de Sénèque (1999). Ces différentes créations sont données dans tout le Grand-Est : Besançon, Montbéliard, Belfort, Lons-le-Saunier, Dole, Vesoul, Pontarlier, Bar-le-Duc, Chalon-sur-Saône, Strasbourg, Sarrebrück, Lausanne.

De 2001 à 2004 (période du Laboratoire d’acteurs), Jean-Michel Potiron crée un partenariat avec le Théâtre Alcyon de Besançon, puis deux saisons durant, avec quatre théâtres de Rhône-Alpes. Entre 2001 et 2004, il inaugure l’orchestration et la mise en œuvre du Laboratoire d’Acteurs Public : Explorations La Mouette et autres œuvres d’Anton Tchekhov avec la participation d’Anatoli Vassiliev le jour d’ouverture en Rhône-Alpes. Dans le cadre de cette recherche, une cinquantaine d’opérations publiques ont été menées sur quatre villes différentes : Lyon, Saint-Priest, Pont-de-Claix et Portes-lès-Valence.

De 2004 à 2013 (période du cycle qu’est-ce que l’art ?) En 2004, Jean-Michel Potiron organise Les Orphéades à Besançon, un marathon de lectures publiques sur l’Art, porté par treize artistes de Franche-Comté. Du 1er au 31 décembre 2004, en plein air et en plein hiver, au bois d’Avanne-Aveney, aux environs de Besançon, il initie son projet : Protesto ! Solo Inutile (?) Pour une Culture qui Cultive ! qu’il crée en 2005, puis qu’il joue à travers la France et la Suisse plus de 220 fois. En 2005, il s’associe avec Stéphane Keruel de la compagnie Le Chant de la Carpe de Niort. De cette association naissent principalement quatre créations : en 2005, Protesto ; en 2007-2008, Et donc je m’acharne un spectacle qui déparle, paroles de poètes contemporains (plus de 250 représentations à ce jour) ; en 2008, Le dernier des Dériveurs à travers l’œuvre complète de Guy Debord (plus de 60 représentations à ce jour) ; en 2012,Là quand même  (26 représentations à ce jour).

De 2009 à 2012 (période du cycle qu’est-ce que la guerre ?), Jean-Michel Potiron devient artiste associé au Théâtre de l’Université La Grange de Dorigny de Lausanne pour une durée de trois ans. Dans le cadre de cette résidence, il inaugure un nouveau sujet : Qu’est-ce que la guerre ? vu à travers la parole de philosophes. En 2012, il crée La Guerre, notre poésie. Le spectacle joue à Lausanne, La Chaux-de-Fonds, Ferney-Voltaire et Aix-en-Provence.

Depuis 2013 … (période retour progressif au théâtre à textes), en partenariat avec le Festival de Caves et la Compagnie Mala Noche de Besançon. Dans le même temps, à la suite de Lausanne, il devient artiste associé du Centre de Culture ABC de La Chaux-de-Fonds pour deux saisons : 2013 et 2014. A cette occasion, en association avec quatre compagnies du Canton de Neuchâtel, il crée La Mouette de Tchekhov (une co-réalisation : Centre de Culture ABC de La Chaux-de-Fonds, La Grange de Dorigny de Lausanne, Scènes des Vosges d’Epinal et Les 2Scènes, scène Nationale de Besançon).

En 2015, il crée Genesis, J’ai envie de parler de théâtre avec vous (épisodes 1 à 4 : Orgie, Pylade, Caldéron de Pier Paolo Pasolini et Place des Héros de Thomas Bernhard) au Cdn, puis au Scénacle de Besançon.

Partager sur les réseaux sociaux :
  • 2.4K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2.4K
    Shares
  • 2.4K
    Shares