Certaines réalisations humaines recèlent en elles une résonance, un éclat singulier . Il est difficile d’en cerner avec certitude l’origine. Mais il est probable que cette vitalité particulière naisse de l’union d’une absolue sincérité, d’imperfections et d’une naïveté assumées. Le laboureur de Bohème appartient sans doute à cette catégorie. Vieux de six cent ans, le texte de Johannes von Saaz demeure percutant par l’originalité de son point de vue et la force de sa démonstration. La définition de l’humain proposée par ce dialogue métaphorique entre un homme et sa propre fin, aujourd’hui encore, interroge, ébranle et rassure notre intime.

Dessin de Céline Masson

Production La Compagnie Heureuse ( Lausanne)